Mission on the rock !

Connaissez-vous le rock balancing Cette discipline vieille comme le monde est revenue à la mode récemment. Il s’agit d’empiler des pierres à la recherche d’équilibres improbables et précaires sans aucune autre forme de trucs (clou, colle...) que la seule force de la gravité.

@ photographie par Rock Balancing

Je veux partager l'article !

Share on LinkedIn

Puisque les Français excellent en ce domaine, et puisque personne ne m'invite à dîner pour en parler le mercredi soir, voici pour vous quelques convictions sur ce loisir. Certains le vivent comme une méditation, d’autres y voient une application de la méthode Vittoz ou de Laudato Si. C’est en tout cas un sport qui permet de se vider la tête, de se plonger dans la matière, de lâcher son écran et de sentir la planète !

Le choix des pierres : ne cherchez pas des pierres trop parfaites. Deux sphères absolument régulières ne peuvent s’associer. Il faut au contraire identifier sur une pierre les trois points d'appui qui permettront d’accueillir la suivante. Il faut former le « tripode isostatique » disent les spécialistes, autrement dit l'imperfection, la faille, le cratère même minuscule, qui permet la construction. 

La force de la gravité : c'est l'alignement entre ces pierres et le centre de la terre qui permet l’édification. La poussée vers le bas est donc, étonnement, la condition d'une montée vers le haut. 

L’acceptation de l’éphémère : l'œuvre peut demander des heures de travail et s'effondrer en une seconde. Un coup de vent, une vague, le cri d'un enfant suffit à tout remettre en cause. C’est aussi ce qui rend ce sport magique !

Au fond, il n'y a pas meilleure analogie pour évoquer l’amitié sociale : les points de fragilité sont et resteront des lieux de souffrance mais peuvent devenir des points de contact entre les personnes, et des points de solidité. Ce sont les « pocs de la vie » qui deviennent précisément le creuset de l'amitié.

Ce qui tire les personnes vers le bas : l'addiction, la maladie, la misère… sont et resteront des forces obscures qui nous rappellent constamment le caractère dramatique et horizontal de notre humanité… et dans le même temps, notre aspiration à autre chose. Ces mêmes forces qui nous tirent vers le bas sont aussi celles qui, bien alignées, permettent de créer de nouveaux équilibres.

Est-il possible, de regarder un cœur humain et ses impacts, non pas comme celui qui est prisonnier de l'alcool par exemple mais comme un combattant qui veut s'en libérer, de regarder cet esprit non pas comme un malade de bipolarité ou de schizophrénie mais comme celui qui, dans cette épreuve, cherche à rester debout et à prendre un peu d'altitude... « Dans nos limites, nous trouvons notre identité » souligne le pape François.

Enfin, tous les efforts consentis par la personne et par son entourage demeurent fragiles. Un élément, un seul, peut remettre en cause des mois et des années de stabilisation. Des victoires, il y en a : elles sont sources d'une légitime fierté. Mais elles sont données pour temps. « Si tu peux voir détruit l’ouvrage de ta vie et sans dire un seul mot te mettre à rebâtir » dit Kipling…

Mais le Rock Balancing peut aussi devenir une inspiration à toutes les âmes missionnaires. 

N’aies pas peur de ta fragilité, ta faille, ton insuffisance-même : elle est précisément l’endroit par lequel tu vas pouvoir entrer en contact et demeurer avec la personne rencontrée. Avec saint Paul, on peut décliner : « Où je suis faible, c’est ici que je suis fort » ! Ne va pas trop dire que le « Seigneur sauve » en général, dis quelle béance il a comblée en toi !

Ne crains pas les forces obscures que tu rencontres, le péché et même ce qui pousse vers la tombe : ils portent en creux l’espérance de la miséricorde, le désir de la transcendance et la douce gravité vers l'infini. Et si nos cœurs sont sans repos, c'est normal, parce qu'ils ne demeurent pas encore en Lui.

Enfin, tu témoignes dans le présent. Sauf coup de foudre tu n'es pas appelé à passer la fin de tes jours avec la personne que tu rencontres. Ce contact est donné là, pour un temps, pour dix minutes ou pour trois jours, jusqu'à ce que la vie nous pousse à d'autres contacts à d'autres jonctions. 

Tu nous as fait des cœurs de chair, Seigneur, qui sont souvent des cœurs de pierre : Nous voulons te laisser, Toi, le Grand Artisan du Rock balancing, les façonner, les disposer et les édifier.  

Pierre Durieux, secrétaire général de Lazare, auteur de La Méthode Simple pour Commencer à Croire

Souhaitez-vous continuer la lecture ?

Je m'abonne à la revue Mission